L’idée

Avant: La syntaxe

Le transport des pierres et leur érection selon un système précis ont probablement mobilisé toutes les forces de la société à cette époque. L’œuvre, que cette société voulait mener à bien, du amener le les gens de l’époque à la limite de leur capacité intellectuelle. Probablement la faculté de réflexion de ces gens-là ne correspondait pas aux formes organisationnelles qui sont considérées comme l’ordre standard à l’époque des premières cultures avancées dans la région méditerranéenne et aussi pour nous aujourd’hui.

L’entreprise était plutôt une expérience, mais elle était bien pensée et planifiée.

Il faut toujours garder à l’esprit que ce qui fut créé à Carnac a été formé pour la première fois, que les gens ne faisaient pas une copie de quelque chose qui existait déjà, et ne pouvaient pas se rabattre sur un exemple, comme c’est le cas des peintures rupestres.

Actualité du passé @ Georges Scherrer

L’entreprise était plutôt une expérience, mais elle était bien pensée et planifiée. Comme toujours, la question demeure : dans quelle mesure a-t-elle été planifiée et analysée ?

Maintenant les moqueurs vont sursauter et attirer l’intérêt se sur l’objection suivante : les pierres utilisées pour construire les Alignements sont similaires à celles utilisées pour faire les dolmens et non au grand menhir plat de Locmariaquer. Les rangées de pierres ne signifiaient donc rien d’autre que l’ouverture des dolmens. En construisant les rangées, les gens d’autrefois ont tout simplement agrandit les tombes et augmenté leur taille et leur largeur.

Comme la Voie lactée @ Georges Scherrer

Les Alignements ne représenteraient rien d’autre que des champs de morts, du fait correspondraient à des galeries de morts, des musées en pierre à la mémoire des ancêtres ou – possibilité d’interprétation également – formeraient simplement un fil comme la Voie lactée, symboliquement tourné vers le ciel, vers l’au-delà, c’est-à-dire le temps qui suit la mort. La puissante Voie lactée se reflète sur la terre aride de Carnac. Rien de plus.

Toutes personnes qui cherchent des événements choisis comme preuves de leur vérité, interpréteront Carnac à leurs propres fins.

Toutes personnes qui, dans le cadre d’une tradition candide et d’une propre histoire taillée sur mesure, cherchent des événements choisis comme preuves de la vérité historique qu’ils annoncent et prêchent, interpréteront également Carnac selon la maxime „la fin justifie les moyens“ pour parvenir à leurs fins.

Certes, les pierres plates, apparemment peu taillées, placées les unes contre les autres, se prêteraient à la construction de murs de protection, comme ils se trouvent montées comme rempart autour de chaque forteresse pour repousser l’ennemi. Carnac est bien différent !

Vestiges d’un mur de fortification à Aventicum @ Georges Scherrer

Pour la construction des Alignements, on utilisa le même matériau que pour les murs de protection à d’autres endroits. Ceux qui concluent, que les arrangements de pierres d’un kilomètre de long et plus correspondent aux dolmens trapus, ces formations de pierres protectrices et primitives, uniquement parce qu’elles sont constituées de la même masse brute, pêchent en eau trouble. L’utilisation répétée de la même matière première naturelle et simple ne signifie pas que les structures de pierre fondamentalement différentes ont servi le même objectif.

Les restes d’un dolmen @ Georges Scherrer

Le dernier venu des moqueurs s’exaltera : La société d’antan était également administrée d’une supervision qui n’était constitué que de formule bureaucratie appropriée à fin que l’entreprise n’avançait pas trop vite.

Sous surveillance @ Georges Scherrer

C’est anticiper le temps. Le dernier des moquer qui nous reste à persifler ce traité place la pensée des hommes du néolithique dans un contexte qui correspond à notre conception de réflexion et d’argumentation. Cependant, l’homme de nos jours au cours de son développement est passé par toute une armada d’écoles dont les monarchies et les théocraties. Le communisme, le capitalisme et la conception de la démocratie étaient également sujet de la matière à traiter. L’homme du néolithique n’avait aucune idée de tous ces modes d’organisation – ou plutôt : nous ne savons rien sous quelle forme les gens de cette époque s’organisaient dans leur quartier de menhirs sur les bords de l’océan.

Le Carnac du néolithique révèle un clan entreprenant.

Cet homme était au début du développement intellectuel, au sens où nous l’entendons aujourd’hui ; dans la phase de naissance intellectuelle qui, au cours des millénaires, nous a conduits, en tant qu’être humain, vers cette immense structure qui entourne notre pensée et que nous appelons fièrement et à juste titre notre culture. Il y a six mille ans, la manière de vivre n’avait pas grand-chose à voir avec la nôtre.

Vie parisienne @ Georges Scherrer

Le Carnac du néolithique révèle un clan entreprenant qui planifie quelque chose, le met sur pied et le matérialise en pierre, plutôt qu’une société guidée par un besoin pictural qui satisfaisait son appétit mental avec de l’art naïf comme les bonhommes de bâton ou des images sophistiquées comme des mammouths peints qu’on trouve dans les cavernes ancestrales au sud de la France ou ailleurs.

Signes sur un mur @ Georges Scherrer

La communauté de l’âge de pierre, située dans le nord occidental de l’Europe, a commencé à mettre délibérément en œuvre ses plans audacieux et à les façonner à grande échelle. Cela semble banal, mais pour l’époque, cela signifiait un grand pas – sinon un pas de géant.

Un grand pas pour l’humanité @ Georges Scherrer

Quand les habitants du Carnac historique ont-ils décidé de poser une première pierre et de laisser suivre une deuxième, une troisième et d’autres ? Quand est-ce que ce peuple a décidé de placer à une certaine distance une deuxième pierre à côté de la première, puis d’autres, afin que les rangées de mégalithes ne s’étendent pas seulement en longueur mais aussi en largeur ?

Ce fut une opération gigantesque qui mérite vraisemblablement l’appellation de „coopérative“.

Ce plan a-t-il été établi dès le début ou est-il apparu au cours des travaux, à la suite de considérations, de discussions consciencieuses ou d’un réexamen critique de l’objectif initial ? L’expansion des Alignements est-elle le résultat d’un processus d’apprentissage basé sur une analyse approfondie de ce qui a déjà été construit ? Quelles réflexions ont poussé les planificateurs de l’époque à déterminer l’orientation de la trajectoire des rangs de menhirs ? Pas vers le nord, mais vers l’est ? L’audacieuse curiosité de découvrir des connexions vraiment nouvelles et surprenantes était-elle le moteur de leurs actions, de sorte que les longues rangées de séries de pierres se sont déversées à la fois dans la longueur donnant la direction ainsi en largeur tout aussi impressionnante ?

La voie confuse vers le futur @ Georges Scherrer

Sous quelle forme la formation de pierre imaginée a-t-elle été poussée vers l’avant : dans la longueur irritante ou dans la largeur fixe ? Les pierres ont-elles été placées les unes à côté des autres ou les unes après les autres ?

Cette nouvelle question, et le fait même que tant de questions puissent être posées, montre l’ampleur et l’importance de l’entreprise „lever des pierres“. Ce fut une opération gigantesque qui mérite vraisemblablement l’appellation de „coopérative“. Il est peut-être même approprié de parler d’un „conglomérat“ préhistorique, c’est-à-dire de l’interaction réussie de différents domaines de responsabilité qui couvraient des champs d’activité très différents et qui étaient réunis sous un même toit.


Prochain: Le trajet

Retour à Carnac

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

%d Bloggern gefällt das: